Warning! Javascript is disabled. Please enable javascript for a completly functioning application.


Cameroon

Investment Charter

Law No. 2002/004

Official Gazette

Article 1

The present Law relates to the Republic of Cameroon Investment Charter, hereinafter referred to as "the Charter".

Introductory Title. Guiding Principles

Article 2

Desiring to build a competitive and prosperous economy through the development of investment and saving, and in implementation of the objectives of its economic and social activity, the Republic of Cameroon hereby establishes the following basic principles:

  • reaffirmation of the choice of the market economy as the preferred economic structure;
  • reaffirmation of the essential role of the State in promoting economic and social development;
  • recognition of the key role of entrepreneurs, investors and private enterprise as crucial factors in wealth and job creation that merit particular attention not only from the government as a whole but also from the whole of society;
  • a commitment to preserving free enterprise and freedom of investment;
  • a commitment to maintaining a sound macroeconomic framework;
  • a commitment to ensuring flexibility and reversibility in decision-making processes with a view to strengthening the economy's competitiveness;
  • clarification of the role in economic and social affairs of the State and of institutions as a collective entity pursuing the full use of national resources through appropriate action and taking account of the strengths and weaknesses of the market, the private sector and civil society, with a view to maintaining the rule of law and good governance;
  • refocusing and strengthening of the role of universities and of the national system of scientific and technical research as a critical factor in transforming and managing economic and social structures;
  • promotion of entrepreneurship as the driving force for exploiting Cameroon's creative potential, which is a prerequisite for the creation of viable and competitive businesses and a decisive factor in finding a long-term solution to the problem of unemployment and poverty;
  • conservation of the environment and rational use of surface and sub-surface natural resources with a view to sound and sustainable development;
  • promotion and active facilitation of investments and exports, consistent with the exploitation of business potential;
  • special measures aimed at particular sectors, taking account of constraints connected with exploitation conditions and the development of local natural resources;
  • a desire to establish an appropriate institutional and regulatory framework that ensures investment security, support for investors and the fair and prompt settlement of disputes relating to investment and commercial and industrial activities;
  • the need for an appropriate financial system that allows for effective financial intermediation and in particular ensures proper mobilization of savings and thechanneling thereof to the most productive activities and high-yield investments;
  • a desire to have a reliable and effective information system using new information and communication technologies;
  • a commitment to implementing all the necessary measures recommended by the coordination and supervisory bodies established by the present Law on the Republic of Cameroon Investment Charter;
  • a commitment to promoting genuine partnership between the State, the private sector and civil society as a condition for pursuing greater overall economic efficiency;
  • establishment of a tax system that encourages and attracts investors and that takes into account both the specific nature of taxation of production equipment and the requirements of export competitiveness.

Title I. General provisions

Chapter I. Definations

Article 3

Any natural or legal person, Cameroonian or foreign, resident or non-resident, who or which acquires an asset in connection with the performance of his, her or its activities in expectation of a return shall be considered an investor under the present Law.

Article 4

An asset held by an investor shall be considered an investment under the present Law, in particular:

  • a business;
  • shares, stock or other forms of equity participation in a business;
  • bonds and other debt instruments;
  • claims to money;
  • intellectual property rights;
  • rights under medium- and long-term contracts, including management, production or marketing contracts;
  • rights conferred by law, such as concessions, licenses, authorizations and permits;
  • any other tangible or intangible, movable or immovable property, and any related property rights.
Article 5

Under the present Law, "the State" means all public institutions provided for in the Constitution.

Chapter II. Scope

Article 6

The present Law establishes the framework for the promotion of investment in accordance with the overall development strategy, which is aimed at improving and sustaining growth, creating jobs in all sectors of economic activity and ensuring the social welfare of the population.

Article 7

The provisions of the present Law shall apply to investment operations relating to the establishment, extension, renewal, rearrangement and/or change of activity.

Chapter III. Role of the state and the private sector in economic affairs

Section I. Role of the state in economic affairs

Article 8

1) In the context of its basic purposes, the State shall administer the nation and shall guarantee the right to justice and security of persons and their property.

To that end, the State shall undertake, inter alia, to:

  • train its officials and raise their awareness so that the performance of their tasks does not hinder the smooth functioning of the economic system;
  • put an end to all forms of administrative or police harassment and, in particular, to avoid all obstacles to the circulation of persons and goods;
  • prevent all conduct within the State that is conducive to corruption and/or damages the public good;
  • speed up the processing of administrative records;
  • speed up the hearing of court cases and prohibit all forms of discrimination in the application of the law.

2) The State shall issue laws and regulations; supervise, facilitate and regulate economic and social activities and the development of basic and information infrastructure; provide training; ensure security; and compensate for market failures. To that end, the State shall:

  • organize, control and secure all markets through appropriate regulation and effective supervision, ensuring better distribution of resources;
  • ensure the proper functioning of the economic system by:
  • ensuring that all entities in the system apply the established rules properly;
  • ensuring or facilitating the establishment, maintenance and development of economic infrastructure and social services for health, education and vocational training and access to them for the whole population;
  • developing a genuine partnership with the private sector and civil society in order to improve the distribution of resources in areas where the market has limitations;
  • correcting overall imbalances in the markets through sound and transparent economic policies;
  • ensuring the nation's economic security, including through the establishment of an effective system of market intelligence;
  • establishing an effective system of incentives for private sector development;
  • promoting the acquisition of appropriate technologies and the skills needed to use them, and facilitating the dissemination of such technologies;
  • developing sectoral strategies and seeking funding for their implementation.

Section II. Role of the private sector in economic affairs

Article 9

1) The purpose of the private sector shall be to create and generate wealth.

2) The private sector shall:

  • comply with competition rules by avoiding fraudulent practices and by discouraging conduct conducive to corruption within the private sector;
  • take steps to preserve the interests and health of consumers and users in the performance of its activities;
  • organize its various sectors and branches in such a way as to promote among its members respect for morality in business and the judicious application of the ethical rules connected with each professional activity;
  • cooperate reliably with the State and its organs with a view to ensuring the success of national economic policy.

Title II. Contract management

Chapter I. General principles and basic rights

Article 10

The State shall guarantee the following to every natural or legal person duly established or desiring to become established in Cameroon who or which respects the specific rules associated with economic activity:

  • the freedom to undertake any activity involving production, provision of services or trade, irrespective of nationality;
  • equal treatment in carrying out an activity in accordance with the principles and provisions of competition law;
  • property rights attaching to land, buildings and equipment and those attaching to movable property, securities, patents and other intellectual property subject matter;
  • prompt procedures for land concession and access;
  • freedom to repatriate invested foreign capital and operating profits, and to repatriate savings on salaries earned by expatriate staff;
  • access to the foreign currency market and freedom to transfer capital in accordance with the rules of the Central African Monetary Union (CAMU);
  • fair and transparent application of business law in accordance with the treaty relating to the Organization for the Harmonization of Business Law in Africa (OHADA treaty);
  • fair and transparent application of labor law and social security law, drafted in accordance with the treaty of the Inter-African Conference on Social Security (CIPRES);
  • fair and transparent application of intellectual property law, drafted within the framework of the World Intellectual Property Organization (WIPO) and the African Intellectual Property Organization (OAPI);
  • fair and transparent application of insurance law, drafted within the framework of the Inter-African Conference on Insurance Markets (CIMA);
  • the independence and professional competence of both judicial and administrative courts;
  • implementation of all other international agreements and treaties ratified in accordance with Articles 43, 44 and 45 of the Constitution.
Article 11

1) The State shall be a party to both bilateral and multilateral agreements relating to investment guarantees. It is a party to:

  • the Convention on the Recognition and Enforcement of Foreign Arbitral Awards (New York Convention), concluded under United Nations auspices;
  • the Convention on the Settlement of Investment Disputes, which established the International Centre for Settlement of Investment Disputes (ICSID) (Washington Convention).

2) The State is a party to:

  • the Convention Establishing the Multilateral Investment Guarantee Agency (MIGA) of October 11, 1985 (Seoul Convention), intended to insure against non-commercial risks;
  • the OHADA treaty, in implementation of which simple and modern legal rules based on international practice have been developed in the area of business law.

3) Through its membership of OHADA, the State has available to it both ad hoc and institutional arbitration mechanisms based on the most effective international instruments, such as the 1985 Model Law on International Commercial Arbitration of the United Nations Commission on International Trade Law (UNCITRAL) and the 1998 Rules of Arbitration of the International Chamber of Commerce.

4) The State is a party to the Partnership Agreement of June 23, 2000 between the Members of the African, Caribbean and Pacific Group of States, on the one hand, and the European Community and its Member States, on the other hand (ACP-EC Partnership Agreement), which establishes an arbitration mechanism for the settlement of disputes between African, Caribbean and Pacific States and entrepreneurs, suppliers or providers of services financed by the European Development Fund (EDF).

Article 12

The State hereby affirms its commitment to ensuring the establishment of alternative mechanisms for conflict resolution, including a national court of arbitration for the settlement of industrial and commercial disputes.

Chapter II. Liberalization, openness and competition

Section I. Liberalization of Local Markets

Article 13

The mechanisms of supply and demand shall apply to services and goods offered to the public.

1) Key sectors and strategic sectors, determined and organized by means of regulations, shall be supervised by specific bodies created for that purpose.

2) With a view to establishing appropriate regulations and monitoring markets other than those that have their own special bodies, the National Competition Commission shall be established under the Ministry responsible for competition, with functions and competences determined by means of regulations.

Article 14

International standards of transparency with regard to the production, publication and dissemination of high-quality information, applicable both to the public sector and the private sector, shall be adopted in Cameroon.

Section II. External Openness and Regional Integration

Article 15

The State is a party to the multilateral trading system, in particular World Trade Organization (WTO) agreements and other mechanisms for the development of international trade, and to World Customs Organization (WCO) agreements.

Article 16

The State hereby reaffirms its membership of regional integration frameworks, in particular the Central African Economic and Monetary Community (CAEMC) and the Economic Community of Central African States (ECCAS).

Title III. Incentive management

Chapter I. Incentive system

Section I. General incentives

Article 17

1) Three types of general incentives shall be established:

  • promotion;
  • facilitation;
  • support.

2) Promotion shall consist of the organization of events and assignments locally or abroad, active partnership, management of a portfolio of opportunities, and marketing of the country's potential.

3) Facilitation shall consist of assistance and promptness in the completion of formalities and transparency in the processing of files.

4) Support shall consist of technical or financial support for the creation or takeover of businesses and the development of exports.

Section II. Specific incentives

Article 18

Specific incentives shall relate to regimes, sector codes, economic areas and the duration of benefits.

Article 19

1) Three regimes are hereby established:

  • the automatic regime;
  • the declaration regime;
  • the approval regime.

2) The benefit of the automatic regime shall be granted tacitly as soon as the investment has been made in accordance with the terms specified by the relevant instruments. However, a summary statement shall be submitted annually to the competent department of the State administration for checking and validation.

3) Under the declaration regime, permission to invest shall be granted within two (2) consecutive working days of the date of submission of the complete file to the One-Stop Shop, in accordance with the terms established by means of regulations. On submission of the file, the One-Stop Shop shall issue a receipt.

4) Under the approval regime, permission to invest shall be granted to the investor within a maximum period of fifteen (15) consecutive working days of the date of submission of the complete file to the One-Stop Shop, in accordance with the terms established by means of regulations. On submission of the file, the One-Stop Shop shall issue a receipt.

5) If the One-Stop Shop fails to meet the deadlines mentioned in paragraphs (3) and (4), the regime requested shall be granted automatically to the investor, who shall then initiate regularization procedures without delay.

6) The operating arrangements for the regimes established under paragraph 1 of the present Article shall be determined by particular instruments.

Article 20

Sector codes shall be incentive tools tailored to one or more sectors of economic activity and/or covering one or more technical areas of the economy.

Article 21

1) Economic areas shall be incentive tools classified as preferential areas.

2) Economic areas shall be established as appropriate, subject to the terms of establishment and eligibility to benefit from the rights and principles to be determined by particular instruments in accordance with the Government's objectives.

3) Economic areas may become independent authorities, subject to the terms established by particular instruments.

Article 22

The duration of incentives shall be determined by the sector codes or economic areas, depending on the activity in question.

Chapter II. Implementation of the charter

Section I. Manner of implementation of the charter

Article 23

1) The implementing instruments of the present Law shall be drafted on an equal tripartite basis (public sector, private sector and civil society).

2) The implementing instruments referred to in paragraph 1 above shall include the prior technical opinion of the Council for Regulation and Competitiveness referred to in Article 25 below.

Section II. Monitoring of compliance with instruments and filing of complaints

Article 24

Complaints by investors regarding non-compliance with the provisions of the present Law and its implementing instruments shall first be filed with the Council for Regulation and Competitiveness.

Chapter III. Institutions for promotion and facilitation of investments and exports

Article 25

The following bodies shall be responsible for the promotion and facilitation of investments and exports:

  • the Council for Regulation and Competitiveness;
  • the Investment Promotion Agency;
  • the Export Promotion Agency.

Title IV. Promotion of private initiatives

Article 26
  • an Industrial Partnership Council;
  • an Entrepreneurship Institute;
  • a Monitoring Center for Industry and Trade;
  • a Standards and Quality Agency;
  • an Intellectual Property Center.
Article 27

The establishment, organization and operation of the bodies and institutions referred to in the present Law shall be determined by decree of the President of the Republic.

Title V. Principles for management of institutions

Article 28

The management bodies of the institutions established pursuant to the present Law shall have equal tripartite membership: public sector, private sector and civil society.

Title VI. Tax and customs incentives

Article 29

The tax and customs system shall be based on the principle of equity among the various taxpayers and reductions that allow the State to fulfill its economic and social role properly.

Article 30

The State shall engage in a process of simplifying and harmonizing the tax system in order to ensure the same level of transparency, fluidity and legibility for all investors.

Article 31

Taxes and customs duties shall be collected in accordance with rules and practices and in amounts that are similar or equivalent to international norms; they shall be adjusted to the specific nature of and developments in different industries.

Article 32

The rights of the taxpayer shall be recognized and must be respected by the State Administration.

Article 33

1) The State shall guarantee that the customs duties imposed are moderate and shall adhere to the principle of reducing them, within the policy framework established by CAEMC and in accordance with World Trade Organization rules.

2) The State hereby reaffirms its willingness to implement the economic and suspension procedures set out in the CAEMC Customs Code.

Article 34

The measures set out below shall be taken with respect to direct and indirect taxes:

  • general imposition of value-added tax (VAT) as a neutral levy for investment and wealth generation;
  • imposition of zero VAT on exports and reimbursement of VAT paid on the investments and operating expenses of export businesses in order to guarantee their competitiveness in international markets;
  • implementation of tax incentives linked to the various investment-specific codes;
  • implementation of specific tax and customs incentives for the research and development sector, vocational training and environmental protection.
Article 35

Reduced stamp duties and registration taxes shall be imposed in respect of the incorporation of companies, statute changes, capital increases, mergers and acquisitions and the issuance and circulation of securities.

Title VII. Organization of the financial system

Article 36

The State shall aim to make the financial system fit for the purpose of developing investment and stimulating competitiveness.

Article 37

1) Cameroon is a member of the Central African Monetary Union (CAMU); it shall pursue greater consistency and flexibility, in line with the demands of an increasingly liberal and integrated economy for almost instant adaptability.

2) With a view to meeting international standards, the State shall support all activities aimed at making the Bank of Central African States (BEAC) and the Central African Banking Commission (COBAC) effective for developing investments and businesses of all sizes and categories, and also for responding to the challenges posed by financial crises.

3) The State shall promote the development of a sound credit and money culture by putting in place a credit and money code.

Article 38

The State shall oversee and promote small and medium-sized enterprises and industries (SMEs and SMIs) by:

  • establishing a financial services system that supports medium-sized economic operators through appropriate regulation and supervision;
  • establishing financing mechanisms for SMEs and SMIs that address various specific and sectoral needs through appropriate regulation and supervision.
Article 39

1) The State shall establish export promotion mechanisms that include insurance and financing provisions, on the one hand, and that are aimed at covering the risks associated with production, identification of markets, facilitation of financing and different risks, on the other.

2) The State is a member of the African Export-Import Bank (AFREXIMBANK), a pan-African institution the purpose of which is to finance credit operations for imports and exports.

Article 40

1) Without prejudice to national financial structures, the State shall support the establishment of a credible subregional financial market that complies with international standards, so as to mobilize long-term saving with a view to allocating funds to productive and profitable investment projects.

2) The State shall actively promote saving and investment by drafting a code aimed at encouraging both.

Article 41

1) The State shall establish a market in government securities based on voluntary subscription.

2) The national market in government securities shall be incorporated in relevant subregional initiatives.

Article 42

The State shall adhere to a solid and effective system of coverage of industrial, commercial and social risks, vital for developing investment and stimulating competitiveness.

Title VIII. Miscellaneous, transitional and final provisions

Article 43

1) The present Law repeals:

  • Order No. 90/001 of January 29, 1990 establishing the free-trade area regime in Cameroon, ratified pursuant to Law No. 90/023 of August 10, 1990;
  • Order No. 90/007 of November 8, 1990 on the Investment Code of Cameroon.

2) Sector codes and regulatory instruments relating to the organization, composition and operation of the institutions provided for in the present Charter shall be adopted within two (2) years of the date of promulgation of the present Law.

3) Businesses that benefit from special or preferential regimes pursuant to the aforementioned two instruments shall retain their benefits.

4) During the transitional period of two (2) years referred to in paragraph 2 above, and notwithstanding the provisions of paragraph 1 of the present Article, the institutions and regimes established under the instruments referred to in paragraph 1 shall remain in force until new institutions and sector codes are put in place.

5) All sectoral laws and regulations whose provisions are contrary to those of the present Law shall be brought into line therewith.

Article 44

Bodies and institutions provided for by the present Law that already exist at the time of its entry into force shall have a period of one (1) year from the date of its promulgation to comply with its provisions.

Article 45

The present Law shall be registered, published under emergency procedures, and included in the Official Gazette in French and English.

L’Assemblée Nationale a délibéré et adopté, le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit:

Article 1

La présente loi porte Charte des Investissements en République du Cameroun, ci-après désignée la "Charte".

Titre I. Des principes directeurs

Article 2

Dans sa volonté de bâtir une économie compétitive et prospère par le développement des investissements et de l’épargne, et en exécution des objectifs de son action économique et sociale, la République du Cameroun se fixe les orientations ci-après:

  • la réaffirmation du choix de l’économie de marché comme mode d’organisation économique privilégié;
  • la réaffirmation du rôle essentiel de l’Etat pour la promotion du développement économique et social;
  • la reconnaissance du rôle clé de l’entrepreneur, de l’investisseur et de l’entreprise privée comme facteurs cruciaux de création de richesses et d’emplois devant faire l’objet d’une attention particulière de la part, non seulement de l’ensemble de l’appareil étatique, mais aussi, de toute la société;
  • l’engagement à préserver la liberté d’entreprise et la liberté d’investissement;
  • l’engagement à maintenir un cadre macroéconomique sain;
  • l’engagement à assurer la flexibilité et la réversibilité des processus décisionnels dans le sens du renforcement de la compétitivité de l’économie;
  • la clarification du rôle de l’Etat et des institutions en matière économique et sociale comme acteur collectif recherchant le plein emploi des ressources nationales par des actions appropriées et tenant compte des forces et faiblesses du marché, du secteur privé et de la société civile, dans le souci de l’état de droit et la bonne gouvernance;
  • le recentrage et le renforcement du rôle de l’université et du système national de recherche scientifique et technique comme facteur critique de transformation et de maîtrise des structures économiques et sociales;
  • la promotion de l’entrepreneurship comme moteur de valorisation du potentiel de créativité du Cameroun, condition préalable pour la création des entreprises viables et compétitives et facteur déterminant pour résoudre durablement le problème du chômage et de la pauvreté;
  • la sauvegarde de l’environnement écologique et l’exploitation rationnelle des ressources naturelles du sol et du sous-sol en vue d’un développement sain et durable;
  • la promotion et la facilitation active des investissements et des exportations en cohérence avec la valorisation du potentiel entrepreneurial;
  • la prise en compte des secteurs spécifiques ou particuliers qui nécessitent des mesures propres en tenant compte des contraintes liées notamment aux conditions d’exploitation et à la mise en valeur des ressources naturelles locales;
  • la préoccupation à établir un cadre institutionnel et réglementaire approprié, garantissant la sécurité des investissements, l’appui aux investisseurs et le règlement équitable et rapide des différends sur les investissements et les activités commerciales et industrielles;
  • la nécessité de disposer d’un système financier adéquat permettant une intermédiation financière efficace et en particulier, assurant une bonne mobilisation de l’épargne et son orientation vers les activités les plus productives et vers les investissements à haut rendement;
  • l’intérêt de disposer d’un système d’information fiable et efficace utilisant les nouvelles technologies de l’information et de la communication;
  • l’engagement à rendre effectives toutes mesures nécessaires préconisées par les organes de coordination et de supervision créés par la présente Loi portant Charte des Investissements en République du Cameroun;
  • l’engagement à promouvoir un réel partenariat entre l’Etat, le secteur privé et la société civile comme condition de recherche d’une meilleure efficacité globale de l’économie;
  • la mise en place d’une fiscalité incitative et attractive pour les investisseurs et qui prendrait en compte, d’une part, la spécificité de l’imposition des équipements de production et, d’autre part, les exigences de la compétitivité à l’exportation.

Titre I. Des principes directeurs

Chapitre I. Des définitions

Article 3

Est considérée comme investisseur au sens de la présente Loi, toute personne physique ou morale camerounaise ou étrangère, résidente ou non-résidente, qui acquiert un actif au titre de l’exercice de ses activités en prévision d’un rendement.

Article 4

Est considéré comme investissement au sens de la présente Loi, un actif détenu par un investisseur, en particulier:

  • une entreprise;
  • les actions, parts de capital ou autres formes de participation au capital d’une entreprise;
  • les obligations et autres titres de créance;
  • les créances monétaires;
  • les droits de propriété intellectuelle;
  • les droits au titre des contrats à moyen et long terme notamment les contrats de gestion, de production, de commercialisation;
  • les droits conférés par la loi et les règlements notamment les concessions, licences, autorisations ou permis;
  • tout autre bien corporel ou incorporel, meuble ou immeuble, tous les droits connexes de propriété.
Article 5

Aux termes de la présente Loi, l’Etat recouvre l’ensemble des institutions publiques prévues par la Constitution.

Chapitre II. Du champ d’application

Article 6

La présente Loi définit le cadre de promotion des investissements conformément à la stratégie globale de développement qui vise l’amélioration, la pérennisation de la croissance, la création d’emplois dans tous les secteurs d’activités économiques et le bien-être social des populations.

Article 7

Les dispositions de la présente Loi s’appliquent aux opérations d’investissement relatives à la création, à l’extension, au renouvellement, au réaménagement et/ou au changement d’activité.

Chapitre III. Du rôle de l’état et du secteur privé en matière économique

Section I. Du rôle de l’état en matière économique

Article 8

1) Dans le cadre de ses missions fondamentales, l’Etat administre la Nation, garantit le droit à la justice et à la sécurité aux personnes et à leurs biens.

A cet effet, l’Etat s’engage notamment à:

  • former et sensibiliser ses agents afin que l’accomplissement de ses missions ne constitue pas une entrave au bon fonctionnement du système économique;
  • mettre fin à toutes formes de tracasseries administratives ou policières et, en particulier, à éviter toutes entraves à la circulation des personnes et des biens;
  • combattre en son sein tout comportement conduisant à la corruption et/ou à l’aliénation du bien public;
  • accélérer le traitement des dossiers administratifs;
  • accélérer le traitement des affaires judiciaires et bannir toute forme de discrimination dans l’application du droit.

2) L’Etat édicte la législation et la réglementation, assure la supervision, la facilitation et la régulation des activités économiques et sociales, le développement des infrastructures de base et d’information, la formation, la sécurité, ainsi que la suppléance aux carences des marchés. A cet effet, notamment, l’Etat:

  • organise, contrôle et sécurise l’ensemble des marchés par une réglementation appropriée et une supervision efficace garantissant une meilleure allocation des ressources;
  • garantit le bon fonctionnement du système économique et à ce titre:
  • il veille à la saine application, par l’ensemble des acteurs du système, des règles du jeu établies;
  • il assure, facilite la création, le maintien et le développement des infrastructures économiques, des services sociaux de santé, d’éducation et de formation professionnelle et leur accès à l’ensemble de la population;
  • il développe un réel partenariat avec le secteur privé et la société civile pour améliorer l’allocation des ressources dans les domaines de défaillance des marchés;
  • il corrige les déséquilibres globaux des marchés par des politiques économiques saines et transparentes;
  • il assure la sécurité économique de la nation notamment par la mise en place d’un système d’intelligence économique efficace;
  • il met en place un système efficient d’incitations permettant le développement du secteur privé;
  • il contribue à l’acquisition et à la maîtrise des technologies appropriées et en facilite la vulgarisation;
  • il élabore des stratégies sectorielles pour la réalisation desquelles il recherche des financements.

Section II. Du rôle du secteur privé en matière économique

Article 9

1) Le secteur privé a pour mission la création et la production des richesses.

2) Le secteur privé est tenu pour sa part:

  • de respecter les règles de la concurrence en évitant de développer la fraude ou de favoriser en son sein des comportements conduisant à la corruption;
  • d’exercer ses activités avec le souci de préserver les intérêts et la santé des consommateurs et des usagers;
  • de s’organiser dans ses différents secteurs et filières pour promouvoir parmi ses membres le respect de la morale dans les affaires et l’application judicieuse des règles de déontologie qui sont inhérentes à chaque activité professionnelle;
  • de maintenir avec l’Etat et ses organes une collaboration loyale afin de garantir le succès de la politique économique nationale.

Titre II. De la gestion de marches

Chapitre I. Des principes généraux et des droits fondamentaux

Article 10

L’Etat garantit à toute personne physique ou morale régulièrement établie ou désireuse de s’établir au Cameroun en respectant les règles spécifiques liées à l’activité économique:

  • la liberté d’entreprendre toute activité de production, de prestation de services ou de commerce, qu’elle que soit sa nationalité;
  • l’égalité de traitement dans l’exercice d’une activité suivant les principes et prescriptions de la loi sur la concurrence;
  • les droits de propriété attachés aux terrains, immeubles, matériels d’exploitation et ceux attachés aux biens mobiliers, valeurs mobilières, brevets et autres éléments relevant de la propriété intellectuelle;
  • la diligence des procédures de concession et d’accès à la propriété foncière;
  • la liberté de rapatriement des capitaux étrangers investis et des bénéfices réalisés par l’exploitation, ainsi que le rapatriement des économies sur salaires réalisés par le personnel expatrié;
  • l’accès au marché des devises étrangères et la liberté de transfert des capitaux dans le cadre des règles de l’Union Monétaire de l’Afrique Centrale (UMAC);
  • l’application équitable et transparente du droit des affaires conformément au traité relatif à l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droits des Affaires (traité OHADA);
  • l’application équitable et transparente du droit du travail et du droit de la sécurité sociale élaboré conformément au traité de la Conférence Interafricaine de la Prévoyance Sociale (CIPRES);
  • l’application équitable et transparente du droit de la propriété intellectuelle élaboré dans le cadre de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) ainsi que de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI);
  • l’application équitable et transparente du droit des assurances élaboré dans le cadre de la Conférence Internationale des Marchés d’Assurances (CIMA);
  • l’indépendance et la compétence professionnelle des juridictions tant de l’ordre judiciaire que de l’ordre administratif;
  • l’application de tout autre accord ou traité international ratifié conformément aux articles 43, 44 et 45 de la Constitution.
Article 11

1) L’Etat est partie à des accords tant bilatéraux que multilatéraux en matière de garantie des investissements. Il adhère notamment:

  • à la Convention de New York sur la reconnaissance et l’exécution des sentences arbitrales internationales, conclues sous les auspices des Nations Unies;
  • à la Convention de Washington instituant le Centre International pour le Règlement des Différends relatifs aux Investissements (CIRDI).

2) L’Etat est partie:

  • à la Convention de Séoul du 11 octobre 1985, créant l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA) destinée à garantir les risques non commerciaux;
  • au traité OHADA en application duquel dès règles juridiques modernes simples et inspirées de la pratique internationale ont été élaborées en Droit des Affaires.

3) L’Etat dispose, grâce à son appartenance à l’espace OHADA, d’un mécanisme d’arbitrage, tant ad hoc qu’institutionnel, s’inspirant des instruments internationaux les plus performants tels la loi-type de la Commission des Nations Unies pour le Droit Commercial International (CNUDCI) sur l’arbitrage international de 1985 et le Règlement d’Arbitrage de la Chambre de Commerce International de 1998.

4) L’Etat est partie à l’accord de partenariat ACP-CE du 23 juin 2000 qui prévoit un mécanisme d’arbitrage pour le règlement des différends entre Etats Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP) et entrepreneurs, fournisseurs ou prestataires de services, liés à un financement du Fonds Européen de Développement (FED).

Article 12

l’Etat affirme son engagement à veiller à la mise en place des mécanismes alternatifs de résolution des conflits, notamment d’une cour d’arbitrage nationale en vue du règlement des différends industriels et commerciaux.

Chapitre II. De la libéralisation, de l’ouverture et de la concurrence

Section I. De la libéralisation des marches locaux

Article 13

Les mécanismes de l’offre et de la demande s’appliquent aux services et biens offerts à la collectivité.

1) Les secteurs-clés et les secteurs stratégiques, définis et organisés par voie réglementaire, sont supervisés par des organes spécifiques créés pour leur encadrement.

2) Pour veiller à l’établissement des réglementations appropriées ainsi qu’à la supervision des marchés autres que ceux dotés d’organes spécialisés, la Commission Nationale de la Concurrence est créée sous la tutelle du Ministère chargé de la concurrence avec des missions et des compétences déterminées par voie réglementaire.

Article 14

Les normes internationales de transparence, concernant la production, la publication et la diffusion des informations de qualité, applicables aussi bien au secteur public qu’au secteur privé sont adoptées au Cameroun.

Section II. De l’ouverture extérieure et de l’intégration régionale

Article 15

L’Etat adhère au système multilatéral des échanges notamment les accords de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et les autres mécanismes du développement du commerce international, ainsi qu’aux accords de l’Organisation Mondiale de la Douane (OMD).

Article 16

L’Etat réaffirme son adhésion à l’option de l’intégration régionale, en particulier dans le cadre de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) et de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC).

Titre III. De la gestion des incitations

Chapitre I. Du système d’incitations

Section I. Des incitations générales

Article 17

1) Il est institué trois types d’incitations générales comprenant:

  • la promotion;
  • la facilitation;
  • le soutien.

2) La promotion consiste notamment en l’organisation des manifestations et missions localement ou à l’étranger, le partenariat actif, la gestion d’un portefeuille des opportunités, ainsi que le marketing des potentialités du pays.

3) La facilitation consiste notamment en l’assistance et la célérité dans l’accomplissement des formalités, la transparence dans les conditions de traitement des dossiers.

4) Le soutien consiste notamment en l’appui technique ou financier à la création et à la reprise d’entreprise, et au développement des exportations.

Section II. Des incitations spécifiques

Article 18

Les incitations spécifiques se rapportent aux régimes, aux codes sectoriels, aux zones économiques et à la durée des avantages.

Article 19

1) Il est institué trois régimes:

  • le régime de l’automatique;
  • le régime de la déclaration;
  • le régime de l’agrément.

2) Le bénéfice du régime de l’automatique est tacite dès réalisation de l’investissement conformément aux conditions spécifiées par les textes. Toutefois, une déclaration récapitulative est faite annuellement auprès du service compétent de l’administration de l’Etat pour contrôle et validation.

3) Le régime de la déclaration est accordé dans un délai de deux (2) jours ouvrables consécutifs dans le respect des conditions fixées par voie réglementaire à compter de la date du dépôt du dossier complet au Guichet Unique. Le Guichet Unique est tenu de délivrer, dès dépôt du dossier, un récépissé.

4) Le régime de l’agrément est accordé à l’investisseur dans un délai maximum de quinze (15) jours ouvrables consécutifs dans le respect des conditions fixées par voie réglementaire à compter de la date de dépôt du dossier complet au Guichet Unique. Le Guichet Unique est tenu de délivrer, dès dépôt du dossier, un récépissé.

5) En cas de non respect par le Guichet Unique des délais mentionnés aux alinéas (3) et (4), le régime sollicité est automatiquement attribué à l’investisseur qui initie en conséquence sans délai une procédure de régularisation.

6) Les modalités de fonctionnement des régimes institués à l’alinéa 1er du présent article sont déterminées par des textes particuliers.

Article 20

Les codes sectoriels sont des outils d’incitation adaptés à un ou plusieurs secteurs d’activités économiques et/ou couvrant un ou plusieurs domaines techniques de l’économie.

Article 21

1) Les zones économiques sont des outils d’incitation classés en zones privilégiées.

2) Les zones économiques sont instituées en tant que de besoin dans les conditions de création et d’éligibilité aux droits et principes à déterminer par des textes particuliers en fonction des objectifs du Gouvernement.

3) Les zones économiques peuvent être transformées en offices autonomes dans les conditions définies par les textes particuliers.

Article 22

La durée des incitations est déterminée dans les codes sectoriels ou les zones économiques en fonction des activités.

Chapitre II. De l’application de la charte

Section I. Du mode d’application de la charte

Article 23

1) L’élaboration des textes d’application de la présente Loi s’effectue sur une base paritaire et tripartite (secteur public, secteur privé et société civile).

2) Les textes d’application prévus à l’alinéa 1 ci-dessous doivent porter l’avis technique préalable du Conseil de Régulation et de Compétitivité prévu à l’article 25 ci-dessous.

Section II. Du contrôle du respect des textes et de l’exercice des recours

Article 24

Le recours intenté par l’investisseur, pour non respect des dispositions de la présente Loi et ses textes d’application, se fait au préalable auprès du Conseil de Régulation et de Compétitivité.

Chapitre III. Des institutions de promotion et de facilitation des investissements et des exportations

Article 25

La promotion et la facilitation des investissements et des exportations sont assurées par les organes ci-après:

  • le Conseil de Régulation et de Compétitivité;
  • l’Agence de Promotion des Investissements;
  • l’Agence de Promotion des Exportations.

Titre IV. De la promotion de l’initiative privée

Article 26

La promotion de l’initiative privée est assurée par les organes ci-après:

  • un Conseil de Partenariat Industriel;
  • un Institut de l’Entrepreneurship;
  • un Observatoire de l’Industrie et du Commerce;
  • une Agence des Normes et de la Qualité;
  • et un Centre de la Propriété Intellectuelle.
Article 27

La création, l’organisation et le fonctionnement des organes et institutions prévus dans la présente Loi sont déterminés par décret du Président de la République.

Titre v. Des principes de gestion des institutions

Article 28

La composition des organes de gestion des institutions créées en application de la présente Loi, est paritaire et tripartite: secteur public, secteur privé et société civile.

Titre VI. Des incitations fiscales et douanières

Article 29

Le dispositif fiscal et douanier repose sur l’équité entre les différents contribuables et la modération permettant à l’Etat d’assurer convenablement son rôle économique et social.

Article 30

L’Etat s’engage dans un processus de simplification, d’harmonisation du système fiscal, en vue d’assurer une transparence, une fluidité et une lisibilité homogène pour tous les investisseurs.

Article 31

Les prélèvements fiscaux et douaniers se font dans le respect des règles, des pratiques et de proportions proches ou équivalentes aux usages internationaux, en veillant à leur adaptation à l’évolution et à la spécificité des filières industrielles.

Article 32

Les droits du contribuable sont reconnus et doivent être respectés par l’Administration de l’Etat.

Article 33

1) L’Etat garantit l’application de droits de douane modérés et adhère au principe de leur réduction, dans le cadre de la politique définie par la CEMAC, et en conformité avec les dispositions de l’Organisation Mondiale du Commerce.

2) Il réaffirme sa disposition à mettre en oeuvre les régimes économiques et suspensifs prévus par le Code des Douanes de la CEMAC.

Article 34

Les dispositions ci-après sont prises en matière d’impôts directs et indirects:

  • l’application généralisée de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) comme prélèvement neutre pour l’investissement et la production des richesses;
  • l’application d’une TVA nulle sur les exportations et le remboursement de celle acquittée sur les investissements et les dépenses d’exploitation des entreprises exportatrices pour garantir leur compétitivité sur les marchés internationaux;
  • la prise en compte des mesures d’incitations fiscales liées aux différents codes spécifiques à l’investissement;
  • l’encouragement par des mesures fiscales et douanières incitatives spécifiques au secteur de la recherche et le développement, la formation professionnelle et la protection de l’environnement.
Article 35

Au titre du timbre et de l’enregistrement, des droits modérés sont appliqués à la constitution des sociétés, aux modifications des statuts, aux augmentations de capital, aux opérations de fusions-acquisitions, à l’émission et à la circulation des valeurs mobilières.

Titre VII. De l’organisation du système financier

Article 36

L’Etat vise à établir l’adéquation du système financier par rapport au souci de développement des investissements et à la recherche de la compétitivité.

Article 37

1) Le Cameroun est membre de l’Union Monétaire de l’Afrique Centrale (UMAC) ; il recherche plus de cohérence et de flexibilité en harmonie avec les exigences d’une économie de plus en plus libérale et intégrée, impliquant des ajustements quasi instantanés.

2) Pour se rapprocher des normes internationales, l’Etat soutient toutes les actions visant à rendre la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) et la Commission Bancaire de l’Afrique Centrale (COBAC) efficaces pour le développement des investissements et des entreprises de toutes tailles et toutes catégories d’une part et, d’autre part, pour répondre aux défis des crises financières.

3) L’Etat favorise le développement d’une culture saine du crédit et de la monnaie par la mise en place d’un code du crédit et de la monnaie.

Article 38

L’Etat assure l’encadrement et la promotion des P.M.E./P.M.I., notamment par:

  • l’établissement d’un système de services financiers en faveur des opérateurs économiques de dimension moyenne par le biais d’une réglementation et d’une supervision approprié;
  • l’établissement des mécanismes de financement des P.M.E./P.M.I. intégrant les différents besoins spécifiques et sectoriels à travers une réglementation et une supervision appropriées.
Article 39

1) L’Etat met en place des mécanismes de promotion des exportations intégrant, d’une part, les techniques d’assurance et de financement et visant, d’autre part, la couverture des risques de production, de recherche des marchés, de facilitation dudit financement et des risques divers.

2) L’Etat adhère notamment à la Banque Africaine d’Export Import (AFREXIM BANK), Institution Panafricaine destinée à financer les opérations de crédits à l’importation et à l’exportation.

Article 40

1) Sans préjudice des structures financières nationales, l’Etat soutient la création d’un marché financier sous-régional, crédible et conforme aux normes internationales, pour permettre la mobilisation de l’épargne longue et son allocation dans des projets d’investissements productifs et rentables.

2) L’Etat assure la promotion active de l’épargne et du placement par l’élaboration d’un code incitatif de l’épargne et du placement.

Article 41

1) L’Etat met en place un marché des titres publics à souscription volontaire.

2) Le marché national des titres publics s’intègre dans les initiatives sous-régionales en la matière.

Article 42

L’Etat adhère à un système solide et efficace de couverture des risques industriels, commerciaux et sociaux, indispensable pour le développement des investissements et la recherche de la compétitivité.

Titre VIII. Des dispositions diverses, transitoires et finales

Article 43

1) La présente Loi abroge:

  • l’ordonnance n° 90/001 du 29 janvier 1990 créant le régime de la zone franche au Cameroun, ratifiée par la loi n° 90/023 du 10 août 1990;
  • l’ordonnance n° 90/007 du 08 novembre 1990 portant Code des Investissements du Cameroun.

2) Les codes sectoriels ainsi que les textes réglementaires relatifs à l’organisation, à la composition et au fonctionnement des institutions prévues dans la présente Charte seront pris dans un délai n’excédant pas deux (02) ans à compter de la date de promulgation de la présente Loi.

3) Les entreprises qui bénéficient des régimes spéciaux ou des régimes privilégiés découlant des deux textes ci-dessus mentionnés conservent leurs avantages.

4) Durant la période transitoire de deux (02) ans visée à l’alinéa 2 ci-dessus, et par dérogation aux dispositions de l’alinéa 1er du présent article, les institutions et le régimes prévus par les textes visés à l’alinéa 1 susvisé restent en vigueur jusqu’à la mise en place de nouvelles institutions et des codes sectoriels.

5) Tous les textes législatifs et réglementaires sectoriels dont les dispositions sont contraires à celles de la présente Loi devront être mis en conformité.

Article 44

Les organes et institutions prévus par la présente Loi qui existent au moment de son entrée en vigueur disposent d’un délai d’un (1) ans à compter de la date de sa promulgation pour se conformer aux dispositions de celle-ci.

Article 45

La présente Loi sera enregistrée, publiée suivant la procédure d’urgence, puis insérée au Journal Officiel en français et en anglais.