Warning! Javascript is disabled. Please enable javascript for a completly functioning application.


Rwanda

Law Relating to Investment Promotion And Facilitation

N° 06/2015

We, KAGAME Paul,

President of the Republic;

THE PARLIAMENT HAS ADOPTED AND WE SANCTION, PROMULGATE THE FOLLOWING LAW AND ORDER IT BE PUBLISHED IN THE OFFICIAL GAZETTE OF THE REPUBLIC OF RWANDA.

THE PARLIAMENT:

The Chamber of Deputies, in its session of 11 February 2015;

Pursuant to the Constitution of the Republic of Rwanda of 04 June 2003 as amended to date, especially in articles 29, 62, 66, 67, 90, 92, 93, 108 and 201;

Pursuant to the Convention on the Settlement of Investment Disputes between States and Nationals of Other States adopted in Washington on 18 March 1965 as ratified by Law n° 01/82 of 26 January 1982;

Pursuant to the Treaty Establishing the Common Market for Eastern and Southern Africa (COMESA) adopted in Kampala, Uganda on 5 November 1993 as ratified by the Presidential Order n° 004/94 of 1/12/1994;

Pursuant to the Treaty of Accession of the Republic of Rwanda to the East African Community, signed in Kampala, Uganda on 18 June 2007 as ratified by the Presidential Order n° 24/01 of 28/06/2007;

Having reviewed Law n° 26/2005 of 17/12/2005 relating to investment and export promotion and facilitation;

ADOPTS:

Chapter I. General provisions

Article 1. Purpose of this law

The purpose of this Law is to promote and facilitate investment in Rwanda.

Article 2: Definitions of terms

As used in this law, the following terms shall have the meanings ascribed to them below:

1. export processing zone (EPZ): a protected area used for processing goods that are subject to control for export purposes;

2. business process outsourcing: an agreement by which a foreign company outsources the implementation of some of its business functions to an enterprise in Rwanda;

3. global business activities: management of transactions across borders for foreign-based clients;

4. investment certificate: a document that the Board issues to an investor who fulfils the requirements set out in this law. The document clearly describes the facilitations the investor is entitled to depending on the investment made;

5. regional office: a place in Rwanda where an international company has relocated its regional general management and the coordination of its main operational activities in the region;

6. headquarters: a place in Rwanda where an international company has relocated its general management and the coordination of its main operational activities ;

7. incentive: any tax or non-tax inducement extended to an investor to facilitate and support investment;

8. capital: any wealth in the form of tangible or intangible assets used for investment purposes;

9. mutual fund: a professionally managed fund which pools money collected from many investors for the purpose of purchasing securities;

10. investment enterprise: an enterprise using tangible or intangible assets for profit-making purposes in accordance with the provisions of this law;

11. private equity: funds invested in a private company by an investor approved by the competent authority in order to acquire controlling rights and receive dividends as a shareholder;

12. fund management: a service provided by a financial professional authorized by the competent authority in order to attain goals set by the clients by optimizing the profitability of their funds;

13. wealth management: investment and advisory services provided by investment professionals to high-net-worth individuals with the aim of maximizing returns;

14. asset-backed securities: financial securities whose accessories derived from assets are used for payment;

15. value addition: product processing which increases its value by at least thirty-five per cent (35%) as defined by the rules of origin in terms of manufacturing;

16. investment: use of tangible or intangible assets for profit-making purposes with the exception of all retail and wholesale trade;

17. collective investment scheme: an arrangement in which several investors form a group and work together for the purpose of improving their common interest and reducing risk;

18. venture capital: money provided by an investor in the launch of a start-up company, a company in its infancy stage or one which is expanding into a new field of business activities with perceived long- term growth potential;

19. international company : a business company that owns or controls production or service facilities in one or more countries besides the home country ;

20. export: selling goods and services outside member countries of the East African Community;

21. captive insurance scheme: insurance taken out by a business company in Rwanda that is restricted exclusively to risks emanating from outside Rwanda in connection with a company to which a company in Rwanda is affiliated;

22. investor: natural or legal person that invests in an investment enterprise in Rwanda;

23. registered investor: an investor who holds an investment certificate;

24. foreign investor:

a. a natural person who is not a citizen of Rwanda or of a member State of the East African Community (EAC) or the Common Market for Eastern and Southern Africa (COMESA);

b. a business company or a partnership not registered in Rwanda, a member state of the East African Community (EAC) or Common Market for Eastern and Southern Africa (COMESA);

c. a business company or a partnership registered in Rwanda whose foreign capital from countries other than East African Community (EAC) or Common Market for Eastern and Southern Africa (COMESA) member States is at least fifty-one percent (51%) of the invested capital;

25. Board: organ in charge of investment promotion in Rwanda;

26. competent authority: any competent public organ.

Chapter II. Guarantees to the investor

Article 3. Openness to investment

All business sectors shall be open to private investment regardless of the origin of the investor.

However, an investor shall be encouraged to invest in priority economic sectors.

Such sectors are the following:

  1. export;
  1. industrial manufacturing;
  1. investment in the sector of energy, transport, information and communication technologies, financial services and construction of low-cost housing.

An Order of the Minister in charge of finance may establish other priority sectors, if deemed necessary.

Article 4. Investor rights

Without prejudice to the provisions of other laws, an investor shall have the following rights:

  1. to engage in economic activities of his/her choice;
  1. to recruit or dismiss employees;
  1. to market goods and services;
  1. to freely establish business management
  1. to freely choose sources of supplies;
  1. to freely use property.

A registered investor meeting required conditions shall also be entitled to special incentives as provided for in the annex to this Law.

Article 5. Foreign investor treatment

A foreign investor may invest and purchase shares in an investment enterprise in Rwanda and shall be given equal treatment with Rwandan investors with regard to incentives and investment facilitation.

Article 6. Protection of the investor’s capital and assets

An investor shall have the right to own private property, whether individually or in association with others. Private property, whether individually or collectively owned, shall be inviolable.

No investment, interest in or right over any property forming part of such investment shall be seized or confiscated except where provided under relevant laws.

No action to expropriate an investor's property in public interest shall be taken, unless the investor is given fair compensation in accordance with relevant laws.

Article 7. Protection of intellectual property rights in relation to investment

The investor's intellectual property rights and legitimate rights related to technology transfer shall be guaranteed in accordance with relevant laws.

Article 8. Repatriation of capital and assets

Upon fulfilling all tax obligations in Rwanda, an investor shall be allowed to repatriate the following:

  1. capital;
  1. profits derived from business activities; 3.debt and interest on foreign loans;
  1. proceeds from the liquidation of investment;
  1. any other assets of an investor.
Article 9. Dispute settlement

Any dispute arising between a foreign investor and one or more public organs in connection with a registered investment enterprise shall be amicably settled.

When an amicable settlement cannot be reached, parties shall refer the dispute to an arbitration agency as agreed upon in a written agreement between both parties.

Where no arbitration procedure is provided under a written agreement, both parties shall refer the matter to the competent court.

Chapter III. Investment registration

Article 10. Registration procedure

For an investor to be issued an investment certificate determined by the Board in order to qualify for the incentives provided for by this Law, he/she shall fill out an appropriate form indicating his/her identity and any other necessary details.

The applicant shall pay a non-refundable registration fee determined by the regulations of the head of the Board.

Article 11. Investment registration requirements

The application for investment registration must be accompanied by the following:

1. certificate of legal personality of the business company;

2. a business plan which must include at least the following:

a. name of the project and detailed information on the project in which investment is or will be made;

b. action plan;

c. the date of commencement of operations;

d. detailed information on any raw materials sourced in the country or in the locality where the investment is operating;

e. detailed information on any financing and assets to be sourced from outside Rwanda, including the timeframe in which these finance and assets shall be invested;

f. a market survey;

g. details of the projected technology and knowledge transfer;

h. a table indicating five-year income projections for the investment project;

3. the project environmental impact assessment certificate issued in accordance with relevant laws;

4. projected number of employees and categories of employments;

5. proof of payment of registration fee;

6. license granted by the business sector in which he/she intends to operate.

Article 12. Timeframe for issuance of investment certificate

The applicant for investment certificate who fulfils registration requirements referred to in Articles 10 and 11 of this Law and approved by the business sector in which he/she intends to operate, shall be issued with an investment certificate within two (2) working days from the date of receipt of the application by the Board.

When the application is rejected, the Board shall notify the applicant in writing of the reasons for rejecting his/her application within the same timeframe as that provided under paragraph one of this Article.

Chapter IV. Obligations of a registered investor

Article 13. Obligations of a registered investor

A registered investor shall have the following obligations:

  • to implement his/her proposal in accordance with his/her business plan submitted in the application for an investment certificate;
  • to properly keep financial and accounting records of the investment enterprise and submit a copy of a certified financial report to the Board within three (3) months following the preceding financial year;
  • to keep data relating to operations of the investment enterprise for a period of five (5) years;
  • to facilitate employees of the Board in the performance of their monitoring duties;
  • to respond in a period prescribed by written notice to any query from the Board in connection with operations of the investment enterprise;
  • to register with the tax administration and file timely tax returns even in case of entitlement.

Chapter V. Role of the board in investment promotion and facilitation

Article 14. Duties of the Board

In a bid to promote and facilitate investment, the Board must:

1. facilitate investors in the following:

a. acquiring visas and work permits;

b. water and electricity connection;

c. being granted a licence by the business sector in which he/she intends to operate, where applicable;

d. getting environmental impact assessment certificate;

e. any other appropriate investment-related support that may be required;

2. provide investment incentives;

3. ensure day-to-day facilitation to an investor in the implementation of his/her project;

4. ensure daily monitoring of registered investor's operations;

5. keep all records related to investment certificates, work permits, visas and any other documents pertaining to the registered investment enterprise;

6. carry out monitoring of investment projects in order to ensure that investment incentives are directed to the projects which adhere to the requirements and the investor's submitted business plan;

7. facilitate amicable settlement of disputes that may arise between an investor and one or more public organs;

8. represent the Government in negotiating investment agreements;

9. not to disclose confidential information provided by an investor.

Chapter VI. Change, suspension or termination of investment operations

Article 15. Notification to the Board of change and termination of investment operations

A registered investor shall, within a period not exceeding thirty (30) days, inform the Board in writing before :

  1. changing the nature of investment operations;
  1. suspending investment operations. In this case, the investor shall also indicate the duration of the suspension;
  1. terminating investment operations.
Article 16. Notification to the Board by a third party

Any interested person other than the registered investor, who is affected by the suspension or termination of investment operations, may inform the Board.

Article 17. Measures taken by the Board after notification of change of investment operations

Where notification of changes is made in accordance with the provisions of this Law, and such changes materially alter the investment in accordance with Article 11 of this Law but are not detrimental to the investment and criteria for investment incentives qualification, the Board shall amend the investment certificate to reflect such notified changes.

Where changes in the nature of operations do not materially alter the commitments made by an investor, they shall only be recorded in the investor's file.

Chapter VII. Cancellation of an investment certificate

Article 18. Grounds for cancellation of an investment certificate

An investment certificate may be cancelled on the following grounds:

  1. it was issued on the basis of false or fraudulent declarations of an investor;
  1. material changes detrimental to investment occurred in investment operations;
  1. the investor fails to fulfil obligations under this Law.
Article 19. Effects of revocation of investment certificate

Where an investment certificate is cancelled because it was issued on the basis referred to in Article 18, Sub Paragraph 1°, the investor shall be liable to refund an amount equivalent to the incentives he/she was given in his/her capacity as a registered investor.

Article 20. Procedures of cancelling the investment certificate

Prior to cancelling the investment certificate, the Board shall issue a written notice to the investor providing details of grounds for the proposed cancellation and requesting the investor to provide appropriate explanations on these grounds.

The registered investor shall provide written explanations to the Board within ten (10) working days from the date of receipt of the request from the Board.

Where the investor fails to provide explanations within due time or the Board is not satisfied with the explanations provided, the Board shall cancel the investment certificate.

Article 21. Appeal for reconsideration of the decision of cancelling an investment certificate

Where the investor is not satisfied with the decision taken, he/she may appeal against such a decision to the head of the Board within ten (10) working days as of the date of notification of the decision.

The head of the Board shall decide on the appeal within ten (10) working days of the date of appeal.

Chapter VIII. Transitional and final provisions

Article 22. Transitional period

An investor who benefits from the incentives provided under Law nº 26/2005 of 17/12/2005 relating to investment and export promotion and facilitation, which are not provided for under this Law, shall continue to benefit from these incentives for a twelve (12) months period from the date of the publication of this Law in the Official Gazette of the Republic of Rwanda.

However, the transitional period referred to under Paragraph One of this Article shall not be applicable to:

a. incentives on corporate income tax discounts based on the number of Rwandans employed and export which shall be terminated on the date of the publication of this Law in the Official Gazette of the Republic of Rwanda;

b. investor benefiting from additional time-bound tax-related incentives for which the government of Rwanda has signed an undertaking before the publication of this law in the Official Gazette of the Republic of Rwanda who continue to benefit from these incentives until the end of the period specified in the undertaking.

Companies that carry out microfinance activities benefiting from the investment incentive of paying a profit tax equivalent to zero per cent (0%) during a five (5) years period in accordance with Law n.26/2005 of 17/12/2005 relating to investment and export promotion and facilitation, will continue to benefit from this incentive until the end of that period.

Article 23. Drafting, consideration and adoption of this Law

This Law was drafted in English, considered and adopted in Kinyarwanda.

Article 24. Repealing of a Law and inconsistent provisions

The Law n.26/2005 of 17/12/2005 relating to investment and export promotion and facilitation and all prior legal provisions contrary to this Law are hereby repealed.

Article 25. Commencement

This Law shall come into force on the date of its publication in the Official Gazette of the Republic of Rwanda.

Annex

Special incentives for registered investors

I. Preferential corporate income tax rate of zero per cent (0%)

An international company which has its headquarters or regional office in Rwanda will be entitled to a preferential corporate income tax rate of zero per cent (0%) if it fulfils the following requirements:

1. to invest the equivalent of at least ten million United States Dollars (USD 10,000,000), in both tangible or intangible assets, in Rwanda;

2. to provide employment and training to Rwandans;

3. to conduct international financial transactions equivalent to at least five million United States Dollars (USD 5,000,000) a year for commercial operations through a licensed commercial bank in Rwanda;

4. to be well established in the sector within which it operates;

5. to use the equivalent of at least two million United States Dollars (USD 2,000,000) per year in Rwanda;

6. to set up actual and effective administration and coordination of operations in Rwanda and perform at least three (3) of the following services in Rwanda:

a. procurement of raw materials, components or finished products;

b. market control and sales promotion planning;

c. information and data management services;

d. treasury management services;

e. research and development work;

f. training and personnel management.

II. Preferential corporate income tax rate of fifteen percent (15%)

A preferential corporate income tax rate of fifteen percent (15%) shall be accorded to:

  1. A registered investor, exporting at least fifty percent (50%) of turnover of goods and services produced in Rwanda, including business processing outsourcing. This incentive excludes unprocessed minerals, tea and coffee without value addition according to the provisions of this Law.
  1. A registered investor undertaking one of the following operations: energy generation, transmission and distribution from peat, solar, geothermal, hydro, biomass, methane and wind. This incentive excludes an investor having an engineering procurement contract executed on behalf of the Government of Rwanda;
  1. A registered investor in the sector of transport of goods and related activities whose business is operating a fleet of at least five (5) trucks registered in the investor's name, each with a capacity of at least twenty (20) tons.
  1. A registered investor operating in mass transportation of passengers and goods with a fleet of at least ten (10) buses registered in the investor's name, each with a capacity of at least twenty five (25) seats;
  1. A registered investor in the Information and Communication Technology (ICT) Sector with an investment involving one of the following activities: service, manufacturing or assembly. This incentive excludes ICT retail and wholesale trade as well as ICT repair industries and telecommunications;
  1. A registered investor operating in the following financial services: global business activities, private equity funds, fund management, wealth management; mutual funds, collective investment schemes, captive insurance schemes, venture capital, and asset backed securities. This incentive excludes locally oriented fund and wealth management, retail banking and insurance activities.
  1. A investor registered in building low-cost housing and upon fulfilling the criteria provided under the instructions of the Minister in charge of housing.
  1. An investor registered in any another priority economic sector as may be determined by an Order of the Minister in charge of finance.
III. Corporate income tax holiday of up to seven (7) years

A registered investor investing an equivalent of at least fifty million United States Dollars (USD 50,000,000) and contributing at least thirty percent (30%) of this investment in form of equity in the sectors specified below will be entitled to a maximum of seven (7) year corporate income tax holiday:

  1. energy projects producing at least twenty five megawatts (25 MW). This incentive exclude an investor having an engineering procurement contract executed on behalf of the Government of Rwanda and fuel produced energy;
  1. manufacturing;
  1. tourism;
  1. health;
  1. Information and Communication Technology (ICT) Sector with an investment involving manufacturing, assembly and service. This incentive excludes communication, ICT retail and wholesale trade as well as ICT repair companies or enterprises and Telecommunications;
  1. export related investment projects;
  1. an investor registered in another priority economic sector as may be determined by an Order of the Minister in charge of finance.
IV. Corporate income tax holiday of up to five (5) years

Microfinance institutions approved by competent authorities will be entitled to a tax holiday of a period of five years (5 years) from the time of their approval. However, this period may be renewed upon fulfilling conditions prescribed in the Order of the Minister in charge of finance.

V. Exemption of customs tax for products used in Export Processing Zones

A registered investor investing in products used in Export Processing Zones shall be exempted from customs taxes and duties according to the provisions of customs rules and regulations of the East African Community.

VI. Exemption of Capital Gains Tax

A registered investor shall not pay capital gains tax. However, income derived from the sale of a commercial immovable property shall be included in the taxable income of the investor.

VII. Value Added Tax refund

The refund of the Value Added Tax paid by investors shall be made within a period not exceeding fifteen (15) days upon receipt of the relevant documents by the tax administration authority.

VIII. Accelerated depreciation

A registered investor shall be entitled to a flat accelerated depreciation rate of fifty per cent (50%) for the first year for new or used assets if he/she meets the following criteria :

1.invest in business assets worth at least fifty thousand US dollars (USD 50,000) each;

2.operate in at least one of the sectors below and meet the requirements:

a. export projects;

b. manufacturing;

c. telecommunications;

d. agro processing;

e. education;

f. health;

g. transport excluding passenger vehicles with less than nine (9) people seating capacity;

h. tourism investments worth at least one million eight hundred thousand United States Dollars (USD 1, 800, 000);

i. construction projects worth at least one million eight hundred thousand United States dollars (USD 1,800,000);

j. any other sectors provided the investment is worth at least one hundred thousand United States dollars (USD 100,000);

k. any other priority sector as may be determined by an Order of the Minister in charge of finance;

3.meet the obligations defined below:

a. keep the assets for at least three (3) years after benefiting from the accelerated depreciation;

b. inform the Commissioner General of the Rwanda revenue authority of the disposal of the business assets in case such disposal is made before three (3) years. Where an investor makes the disposal of such assets before the expiration of three (3) years, he/she shall pay the difference from the reduction of corporate income tax caused by the accelerated depreciation as well as any applicable penalties and interests. However, the investor shall not be liable to pay any amount where it is determined that such disposal was the effect of natural calamities, hazards or any other involuntary reason.

IX. Immigration incentives

1) A registered investor and his/her dependants shall be issued with a residence permit in accordance with relevant laws.

2) A registered investor who invests an equivalent of at least two hundred fifty thousand United States Dollars (USD 250,000) may recruit three (3) foreign employees without necessarily demonstrating that their skills are lacking or insufficient on the labour market in Rwanda.

Loi Portant Promotion et Facilitation des Investissements

N° 06/2015

Nous, KAGAME Paul,

Président de la République;

LE PARLEMENT A ADOPTE ET NOUS SANCTIONNONS, PROMULGUONS LA LOI DONT LA TENEUR SUIT ET ORDONNONS QU’ELLE SOIT PUBLIEE AU JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA

LE PARLEMENT:

La Chambre des Députés, en sa séance du 11 février 2015;

Vu la Constitution de la République du Rwanda du 04 juin 2003 telle que révisée à ce jour, spécialement en ses articles 29, 62, 66, 67, 90, 92, 93,108 et 201;

Vu la Convention pour le règlement des différends relatifs aux investissements entre Etats et ressortissants d'autres Etats adoptée à Washington le 18 mars 1965 telle que ratifiée par la Loi n. 01/82 du 26 janvier 1982;

Vu le Traité portant création du Marché commun de l'Afrique de l'Est et de l'Afrique australe (COMESA) adopté à Kampala, Ouganda le 5 novembre 1993 tel que ratifié par Arrêté Présidentiel n. 004/94 du 1/12/1994;

Vu le Traité relatif à l'adhésion de la République du Rwanda à la Communauté est-africaine signé à Kampala en Ouganda le 18 juin 2007 tel que ratifié par Arrêté Présidentiel n. 24/01 du 28/06/2007;

Revu la Loi n. 26/2005 du 17/12/2005 portant promotion et facilitation des investissements et des exportations;

ADOPTE:

Chapitre I. Dispositions générales

Article 1. Objet de la présente loi

La présente loi a pour objet la promotion et la facilitation de l'investissement au Rwanda.

Article 2. Définitions des termes

Aux fins de la présente loi, les termes repris ci-après ont les significations suivantes:

1. zone franche d’exportation : espace protégé destiné à la transformation des marchandises soumises au contrôle à des fins d'exportation;

2. externalisation des processus d’affaires: accord par lequel une entreprise étrangère externalise la réalisation de certaines de ses activités à une entreprise au Rwanda;

3. activités commerciales mondiales: gestion des transactions transfrontalières pour le compte des clients basés à l'étranger;

4. certificat d’investissement: document délivré par l'Office à l'investisseur qui remplit les conditions prévues par la présente loi. Ce document décrit d'une façon précise les facilitations auxquelles l'investisseur a droit en fonction de son investissement;

5. bureau régional : endroit au Rwanda où une société internationale a transféré sa direction générale régionale et la coordination de ses principales activités dans la région;

6. siège: endroit au Rwanda où une société internationale a transféré sa direction générale et la coordination de ses principales activités;

7. mesure incitative: tout avantage fiscal ou non fiscal réservé à un investisseur pour faciliter ou soutenir l'investissement;

8. capital: tout patrimoine sous forme d'actifs corporels ou incorporels utilisé à des fins d'investissement;

9. fonds commun: placement collectif géré de façon professionnelle où plusieurs investisseurs mettent leurs fonds en commun pour acquérir des titres;

10. entreprise d’investissement: entreprise procédant à l'utilisation des actifs corporels ou incorporels à des fins commerciales conformément aux dispositions de la présente loi;

11. fonds propres: fonds investis par un investisseur agréé par l'autorité compétente dans une société privée pour acquérir un droit au contrôle et aux dividendes en tant qu'actionnaire;

12. gestion de fonds: service fourni par un professionnel financier agréé par l'autorité compétente afin d'atteindre les objectifs fixés par les clients en optimisant la rentabilité de leurs fonds;

13. gestion optimale du patrimoine: service de placement et de conseil en placement fourni aux particuliers à valeur nette élevée par des professionnels en placement afin de maximiser les bénéfices;

14. titres adossés à des actifs: titres financiers dont les accessoires dérivant du patrimoine sont utilisés pour le paiement;

15. création de valeur ajoutée: transformation du produit pour augmenter sa valeur de trente-cinq pour cent (35%) au moins tel que défini par les règles d'origine en matière de fabrication;

16. investissement : utilisation des fonds corporels ou incorporels à des fins lucratives sans compter les opérations de commerce de détail et de gros;

17. régime d’investissement collectif: arrangement en vertu duquel plusieurs investisseurs se regroupent et travaillent ensemble en vue de promouvoir leur intérêt commun et de réduire le risque;

18.capital à risque: argent fourni par un investisseur dans le lancement d'une société naissante, une société à ses balbutiements ou en extension dans un nouveau domaine d'activités commerciales avec un rendement potentiel à long terme;

19. société internationale: société commerciale qui possède ou contrôle les sites de production de biens ou de services dans un ou plusieurs pays autre que le pays d'origine;

20. exportation: commercialisation des biens et services à l'extérieur des pays membres de la Communauté de l'Afrique de l'Est;

21. régime d’assurance captive: assurance souscrite par une société commerciale au Rwanda strictement limitée aux risques situés à l'extérieur du Rwanda en faveur d'une société à laquelle celle se trouvant au Rwanda est affiliée;

22. investisseur: personne physique ou morale qui investit dans une entreprise d'investissement au Rwanda;

23. investisseur enregistré: investisseur détenteur d'un certificat d'investissement;

24. investisseur étranger:

a. une personne physique qui n'est pas citoyen du Rwanda ou d'un Etat membre de la Communauté de l'Afrique de l'Est (EAC) ou du Marché Commun de l'Afrique Orientale et Australe (COMESA);

b. une société commerciale ou une société de personnes non enregistrée au Rwanda, dans un Etat membre de la Communauté de l'Afrique de l'Est (EAC) ou du Marché Commun des Etats de l'Afrique Orientale et Australe (COMESA);

c. une société commerciale ou une société de personnes enregistrée au Rwanda investissant au minimum cinquante et un pourcent (51%) du capital étranger provenant des Etats non membres de la Communauté de l'Afrique de l'Est (EAC) ou du Marché Commun de l'Afrique Orientale et Australe (COMESA);

25. Office: organe ayant la promotion des investissements au Rwanda dans ses attributions;

26. autorité compétente: tout organe public compétent.

Chapitre II. Garanties à un investisseur

Article 3. Ouverture à l’investissement

Tout investisseur est autorisé à investir dans n'importe quelle activité commerciale quelle que soit son origine.

Toutefois, un investisseur est encouragé à investir dans les secteurs économiques prioritaires.

Ces secteurs sont les suivants:

1. exportation;

2. fabrication industrielle;

3. investissement dans le secteur d'énergie, transport, technologies de l'information et de la communication, services financiers et la construction de logements à loyer modéré.

Un arrêté du Ministre ayant les finances dans ses attributions peut, si nécessaire, déterminer d'autres secteurs prioritaires.

Article 4. Droits de l’investisseur

Sans préjudice des dispositions d'autres lois, un investisseur a les droits suivants:

  1. investir dans les activités économiques de son choix;
  1. recruter ou licencier le personnel;
  1. faire le marketing des biens et des services;

4. mettre librement en place des méthodes de gestion de son commerce;

5. choisir librement les sources d’approvisionnement;

6. utiliser librement les biens.

Un investisseur enregistré remplissant les conditions requises bénéficie également des mesures incitatives spéciales prévues dans l'annexe à la présente loi.

Article 5. Traitement d’un investisseur étranger

Un investisseur étranger peut investir et acquérir des actions dans une entreprise de commerce au Rwanda et bénéficie du même traitement qu'un investisseur rwandais en ce qui concerne les mesures incitatives et de facilitation.

Article 6. Protection du capital et du patrimoine de l’investisseur

L'investisseur a droit à la propriété privée, qu'elle soit individuelle ou collective. La propriété privée, individuelle ou collective est inviolable.

Aucun investissement, intérêt ou droit en rapport avec une quelconque propriété faisant partie de cet investissement ne peut faire l'objet de saisie ou de confiscation, sauf dans les cas prévus par les lois en la matière.

Un investisseur ne peut être exproprié que pour cause d'utilité publique et à moins qu'une juste indemnisation lui ait été versée conformément aux lois en la matière.

Article 7. Protection du droit à la propriété intellectuelle en matière d’investissement

Le droit à la propriété intellectuelle de l'investisseur et les droits légitimes sur le transfert de la technologie sont garantis conformément aux lois en la matière.

Article 8. Rapatriement du capital et du patrimoine

Après l'accomplissement de toutes les obligations fiscales au Rwanda, un investisseur a le droit de rapatrier ce qui suit:

  1. le capital;
  1. les profits découlant de ses activités commerciales;
  1. le principal et tout intérêt sur le prêt étranger;
  1. le produit de la liquidation de l'investissement;
  1. tout autre patrimoine appartenant à l'investisseur.
Article 9. Règlement des différends

Tout différend naissant entre un investisseur étranger et un ou plusieurs organes publics en rapport avec un investissement enregistré est réglé à l'amiable.

A défaut d'un règlement à l'amiable, les parties renvoient leur différend à l'agence d'arbitrage convenue dans l'accord écrit conclu entre les deux parties.

Si aucune modalité d'arbitrage n'est prévue dans l'accord écrit, les deux parties saisissent la juridiction compétente.

Chapitre III. Enregistrement d’investissement

Article 10. Procédure d’enregistrement

Un investisseur remplit un formulaire approprié déterminé par l'Office et contenant son identification et tout autre information nécessaire pour l'obtention du certificat d'investissement prévu par la présente loi afin de son éligibilité aux mesures incitatives.

Le requérant paie les frais d'enregistrement non remboursables déterminés par les règlements du dirigeant de l'Office.

Article 11. Conditions d’enregistrement d’investissement

Le demandeur d'enregistrement d'investissement doit présenter ce qui suit:

1. certificate of legal personality of the business company;

2. a business plan which must include at least the following:

a. name of the project and detailed information on the project in which investment is or will be made;

b. action plan;

c. the date of commencement of operations;

d. detailed information on any raw materials sourced in the country or in the locality where the investment is operating;

e. detailed information on any financing and assets to be sourced from outside Rwanda, including the timeframe in which these finance and assets shall be invested;

f. a market survey;

g. un tableau indiquant les prévisions de revenus sur cinq (5) ans relatives à la réalisation du projet d'investissement;

h. un tableau indiquant les prévisions de revenus sur cinq (5) ans relatives à la réalisation du projet d‟investissement;

3. un certificat d'étude d'impact environnemental pour le projet délivré conformément aux lois en la matière;

4. l'effectif des employés prévus et les catégories d'emplois;

5. la preuve de payement des frais d'enregistrement;

6. une licence octroyée par le secteur d'activité dans lequel il veut opérer.

Article 12. Délai de délivrance du certificat d’investissement

Le demandeur d'un certificat d'investissement qui remplit les conditions d'enregistrement prévues aux articles 10 et 11 de la présente loi et approuvées par le secteur d'activité dans lequel il veut opérer se voit délivrer ce certificat endéans deux (2) jours ouvrables à compter du jour de la réception de la demande par l'Office.

En cas de rejet de sa demande, l'Office communique par écrit au requérant les motifs de ce rejet dans les mêmes délais que ceux prévus à l'alinéa premier du présent article.

Chapitre IV. Obligations d’un investisseur enregistré

Article 13. Obligations d’un investisseur enregistré

Un investisseur enregistré a les obligations suivantes:

  1. exécuter son projet conformément au plan d'affaires présenté lors de la demande du certificat d'investissement;
  1. bien tenir les registres financiers et comptables en rapport avec l'entreprise d'investissement et remettre à l'Office une copie du rapport financier certifié dans un délai de trois (3) mois suivant l'année financière écoulée;
  1. garder les données en rapport avec les activités de l'entreprise d'investissement pour une période de cinq (5) ans;
  1. faciliter aux employés de l'Office l'accomplissement de leurs attributions de surveillance;
  1. répondre dans les délais impartis dans un avis écrit à toute demande d'information de la part de l'Office en rapport avec les activités de l'entreprise d'investissement ;
  1. se faire enregistrer auprès de l'administration fiscale et déposer les déclarations d'impôts dans les délais prescrits même en cas de jouissance du droit à l'exonération fiscale.

Chapitre V. Rôle de l’office dans la promotion et la facilitation de l’investissement

Article 14. Devoirs de l’Office

Dans le cadre de la promotion et de la facilitation des investissements, l'Office doit:

1. faciliter les investisseurs dans ce qui suit:

a. l'obtention des visas et des permis de travail;

b. le raccordement à l'eau et á l'électricité;

c. l'obtention d'une licence délivrée par le secteur d'activité dans lequel il veut opérer, le cas échéant;

d. l'obtention d'un certificat d'étude d'impact environnemental;

e. toute autre assistance appropriée qui s'avérerait nécessaire en matière d'investissement;

2. accorder des mesures incitatives;

3. assurer le service quotidien facilitant l'investisseur dans la mise en œuvre de son projet;

4. faire le suivi quotidien des activités d'un investisseur enregistré;

5. tenir le registre de tous les certificats d'investissement, permis de travail, visas et tout autre document relatif au projet d'investissement enregistré;

6. faire le suivi des projets d'investissement afin de s'assurer que les mesures incitatives sont orientées aux projets respectant les conditions requises et le plan d'affaires soumis par l'investisseur;

7. contribuer à résoudre à l'amiable des différends éventuels entre un investisseur et un ou plusieurs organes de l'Etat;

8. représenter le Gouvernement lors des négociations relatives aux accords d'investissement;

9. ne pas divulguer les informations confidentielles fournies par un investisseur.

Chapitre VI. Changement, suspension ou cessation d’activités d’investissement

Article 15. Notification à l’Office du changement et de la cessation d’activités d’investissement

Un investisseur enregistré informe l'office par écrit dans un délai ne dépassant pas trente (30) jours avant de :

1. changer la nature des activités d'investissement;

2. suspendre les activités d'investissement, tout en indiquant la durée de la suspension;

3. cesser les activités d'investissement.

Article 16. Notification à l’Office par une tierce personne

Toute personne intéressée autre que l'investisseur enregistré, préjudiciée par la suspension ou la cessation enregistrée des activités d'investissement, peut en informer l'Office.

Article 17. Mesures prises par l’Office après notification de changement d’activités d’investissement

Lorsque la notification des changements est faite conformément aux dispositions de la présente loi et que cela n'est pas préjudiciable à l'investissement et aux critères d'éligibilité pour les mesures incitatives à l'investissement, l'Office révise le certificat d'investissement tout en indiquant les changements notifiés affectant substantiellement les engagements de l'investisseur conformément à l'article 11 de la présente loi.

Lorsque les changements de la nature d'investissement n'affectent pas substantiellement les engagements de l'investisseur, ces changements sont enregistrés dans le dossier de l'investisseur.

Chapitre VII. Annulation du certificat d’investissement

Article 18. Causes d’annulation du certificat d’investissement

Un certificat d'investissement peut être annulé pour les raisons suivantes:

  1. il a été délivré sur base des déclarations fausses ou frauduleuses d'un investisseur;
  1. il s'est produit des changements importants dans les activités d'investissement préjudiciables à l'investissement;
  1. l'investisseur ne parvient pas à s'acquitter de ses obligations prévues par la présente loi.
Article 19. Effets d’annulation d’un certificat d’investissement

Lorsqu'un certificat d'investissement est annulé parce qu'il a été délivré sur base des causes visées à l'article 18, point 1., l'investisseur est tenu de rembourser tout le montant des mesures incitatives dont il a bénéficié en qualité d'investisseur enregistré.

Article 20. Procédures d’annulation du certificat d'investissement

Avant d'annuler le certificat d'investissement, l'Office doit délivrer un avis écrit à l'investisseur faisant état de détails sur les motifs d'annulation et lui demandant des explications sur ces motifs.

L'investisseur enregistré est tenu de fournir des explications écrites, dans un délai de dix (10) jours ouvrables à compter de la date de réception de la demande de l'Office.

Lorsque l'investisseur ne fournit pas les explications dans les délais prévus ou lorsque l'Office n'est pas satisfait des explications données, l'Office annule le certificat d'investissement.

Article 21. Recours contre la décision d’annulation d’un certificat d’investissement

Lorsque l'investisseur n'est pas satisfait de la décision prise, il peut faire recours contre cette décision devant le responsable de l'Office dans un délai de dix (10) jours ouvrables à compter de la date de notification d'une telle décision.

Le responsable de l'Office statue sur l'appel dans un délai de dix (10) jours ouvrables à compter de la date d'appel.

Chapitre VIII. Dispositions transitoires et finales

Article 22: Période transitoire

Un investisseur qui bénéficie des mesures incitatives prévues par la Loi n. 26/2005 du 17/12/2005 portant promotion et facilitation des investissements et des exportations alors que ces mesures ne sont pas prévues par la présente loi continue d'en bénéficier pour une période de douze (12) mois à compter du jour de publication de la présente loi au Journal Officiel de la République du Rwanda.

Toutefois, la période transitoire visée à l'alinéa premier du présent article n'est pas applicable:

a. aux mesures incitatives en rapport avec les réductions d'impôt sur les bénéfices des sociétés, sur base du nombre de Rwandais employés et de l'exportation, qui prennent fin le jour de la publication de la présente loi au Journal Officiel de la République du Rwanda;

b. à un investisseur bénéficiant de mesures incitatives additionnelles fiscales dans un délai déterminé pour lesquelles l'Etat rwandais a signé un engagement avant la publication de la présente loi dans le Journal Officiel de la République du Rwanda qui continue d'en bénéficier jusqu'à la fin de la période prévue dans l'engagement.

Les sociétés commerciales qui mènent des activités de micro finance bénéficiant de la mesure incitative qui consiste à payer un impôt sur les bénéfices équivalant à zéro pour cent (0%) pendant une période de cinq (5) ans conformément à la Loi n. 26/2005 du 17/12/2005 portant promotion et facilitation des investissements et des exportations continuent d'en bénéficier jusqu'à l'expiration de cette période.

Article 23. Initiation, examen et adoption de la présente loi

La présente loi a été initiée en anglais, examinée et adoptée en kinyarwanda.

Article 24. Disposition abrogatoire

La Loi no 26/2005 du 17/12/2005 portant promotion et facilitation des investissements et des exportations et toutes les dispositions antérieures contraires à la présente loi sont abrogées.

Article 25. Entrée en vigueur

La présente loi entre en vigueur le jour de sa publication au Journal Officiel de la République du Rwanda.

Annexe

Pour les investisseurs enregistres

I. Taux d’impôt préférentiel sur le revenu des sociétés de zéro pour cent (0 %)

Une société commerciale internationale qui a son siège ou son bureau régional au Rwanda a droit à un taux d'impôt préférentiel sur le revenu des sociétés de zéro pour cent (0 %) lorsqu'elle remplit les conditions suivantes:

  1. investir l'équivalent d'au moins dix millions de dollars américains (10.000.000 USD), dans des actifs corporels ou incorporels, au Rwanda ;
  1. fournir de l'emploi et de la formation aux Rwandais;
  1. faire des transactions financières internationales équivalentes au moins à cinq millions de dollars (5.000.000 USD) par an pour des opérations commerciales par le biais d'une banque commerciale agréée au Rwanda;
  1. être bien implantée dans son secteur d'activité;
  1. dépenser l'équivalent d'au moins deux millions de dollars américains (2.000.000 USD) par an au Rwanda;
  1. mettre en place une administration et une coordination effective et efficace des opérations au Rwanda et y effectuer au moins trois (3) des services suivants:

a. approvisionnement de matières premières ou de produits finis;

b. contrôle de marché et planification de la promotion des ventes;

c. services de gestion d'information et de données;

d. services de gestion de trésorerie;

e. travaux de recherche et développement;

f. gestion et formation du personnel.

II. Taux d'impôt préférentiel sur le revenu des sociétés de quinze pour cent (15%)

Un taux d'impôt préférentiel sur le revenu des sociétés de quinze pour cent (15%) est accordé à:

  1. Un investisseur enregistré exportant au moins cinquante pour cent (50%) du chiffre d'affaires de biens et services produits au Rwanda, y compris les activités d'externalisation des produits. Cette mesure incitative ne concerne pas l'exportation de minéraux, de thé et de café sans valeur ajoutée, conformément aux dispositions de la présente loi;
  1. Un investisseur enregistré dans l'une des opérations suivantes : production, transport et distribution de tourbe, d'énergie solaire, géothermique, hydroélectrique, de biomasse, de gaz méthane et d'énergie éolienne. Cette mesure incitative exclut un investisseur ayant un contrat d'approvisionnent des services d'ingénierie exécuté au nom de l'Etat Rwandais;
  1. Un investisseur enregistré dans le secteur du transport des biens et activités y relatives dont l'entreprise exploite une flotte d'au moins cinq (5) camions d'au moins vingt (20) tonnes chacun enregistrés en son nom;
  1. Un investisseur enregistré dans le secteur du transport de passagers et de biens avec une flotte d'au moins dix (10) autobus d'une capacité d'au moins vingt-cinq (25) sièges chacun enregistrés en son nom;
  1. Un investisseur enregistré dans le secteur de technologies de l'information et de la communication (TIC) grâce à un investissement impliquant une des activités suivantes : les services, la fabrication ou le montage. Cette mesure incitative exclut le commerce grossiste ou détaillant des TIC ainsi que l'industrie de réparation des TIC et des télécommunications;
  1. Un investisseur enregistré dans les services financiers suivants: les activités commerciales globales, les fonds de placement privés, la gestion de fonds, la gestion de patrimoine, les fonds communs de placement, les régimes d'assurance captive, le capital à risque, les placements collectifs de capitaux et les titres dérivatifs du patrimoine. Cette mesure incitative exclut les fonds de nature locale et la gestion de patrimoine, les services bancaires classiques et les activités d'assurance;
  1. Un investisseur enregistré dans la construction de logements abordables remplissant les critères définis par les instructions du Ministre ayant l'habitat dans ses attributions;
  1. Un investisseur enregistré dans un autre secteur économique prioritaire pouvant être déterminé par arrêté du Ministre ayant les finances dans ses attributions.
III. Dispense fiscale sur le revenu des sociétés pendant sept (7) ans

Un investisseur enregistré qui investit l'équivalent d'au moins cinquante millions de dollars américains (50.000.000 USD) et qui contribue au moins pour une part de trente pour cent (30%) de cet investissement sous forme de capitaux propres dans les secteurs indiqués ci-dessous a droit à une dispense fiscale sur le revenu des sociétés pendant sept (7) ans maximum:

  1. projets d'énergie produisant au moins vingt-cinq mégawatts (25 MW). Cette mesure incitative exclut l'investisseur ayant un contrat de marché public des services d'ingénierie exécuté au nom de l'Etat Rwandais et l'investisseur dans la production d'énergie sur base des produits pétroliers;
  1. industrie de fabrication;
  1. tourisme;
  1. santé;
  1. Technologies de l'information et de la Communication (TIC) grâce à un investissement impliquant la fabrication, le montage et les services. Cette mesure incitative exclut la communication, le commerce grossiste ou détaillant des TIC ainsi que les entreprises ou sociétés de réparation es TIC et des télécommunications;
  1. projets d'investissement axés sur l'exportation;
  1. un investisseur enregistré dans un autre secteur économique prioritaire pouvant être déterminé par arrêté du Ministre ayant les finances dans ses attributions.
IV. Exonération fiscale sur le revenu des sociétés pendant cinq (5) ans

Les institutions de micro finance agréées par les autorités compétentes ont droit à une exonération fiscale d'une durée de cinq (5) ans à compter de leur agrément. Toutefois, cette période peut être renouvelée après avoir rempli les conditions prescrites par un arrêté du Ministre ayant les finances dans ses attributions.

V. Exonération des taxes et droits de douane pour les produits utilisés dans les zones franches d’exportation

Un investisseur enregistré qui investit dans les produits utilisés dans les zones franches d'exportation est exonéré des taxes et droits de douane conformément aux règles et règlements de la Communauté de l'Afrique de l'Est.

VI. Exonération de l’impôt sur la plus-value

Un investisseur enregistré ne paie pas d'impôt sur la plus-value. Toutefois, les revenus provenant de la vente d'un immeuble à caractère commercial doivent figurer dans le revenu imposable de l'investisseur.

VII. Remboursement de la taxe sur la valeur ajoutée

Le remboursement de la taxe sur la valeur ajoutée payée par les investisseurs se fait dans un délai ne dépassant pas quinze (15) jours suivant la réception par l'administration fiscale de la demande y relative.

VIII. Amortissement accéléré

Un investisseur enregistré a droit à un amortissement accéléré forfaitaire de cinquante pour cent (50%) pour la première année pour des biens nouveaux ou usagés lorsqu'il remplit les critères ci-dessous:

1. investir l'actif commercial d'au moins cinquante mille dollars américains (50.000 USD) chacun;

2. travailler dans au moins un des secteurs ci-dessous et satisfaire aux exigences requises:

a. projets d'exportation;

b. industrie de fabrication;

c. télécommunications;

d. transformation de produits agricoles;

e. éducation;

f. santé;

g. transport à l'exclusion des véhicules d'une capacité de moins de neuf (9) places;

h. les investissements touristiques d'une valeur d'au moins un million huit cent mille dollars américains (1.800.000 USD);

i. projets de construction d'une valeur d'au moins un million huit cent mille dollars américains (1.800.000 USD);

j. investissements dans d'autres secteurs d'une valeur d'au moins cent mille dollars américains (100.000 USD);

k. tout autre secteur prioritaire pouvant être déterminé par arrêté du Ministre ayant les finances dans ses attributions;

3. respecter les obligations définies ci-après:

a. garder cet actif pendant au moins trois (3) ans après avoir bénéficié de l'amortissement accéléré;

b. informer le Commissaire Général de l'Office rwandais des recettes de la cession de l'actif dans le cas où cette cession est faite avant trois (3) ans. Lorsque l'investisseur fait la cession de cet actif avant l'expiration de trois (3) ans, il doit payer la différence sur le revenu résultant de l'amortissement accéléré et les intérêts de retard. Toutefois, il ne paie aucun montant lorsqu'il est constaté que cette cession est l'effet des catastrophes naturelles, des accidents ou d'autre raison involontaire.

IX. Mesures incitatives en rapport avec l'immigration

1) Un investisseur enregistré, un membre de sa famille et toute autre personne considérée comme membre de sa famille reçoivent un permis de séjour conformément aux dispositions légales en la matière.

2) Un investisseur enregistré qui investit l'équivalent d'au moins deux cent cinquante mille dollars américains (250.000 USD) peut recruter trois (3) employés étrangers sans nécessairement démontrer que leurs connaissances n'existent pas ou ne sont pas suffisantes sur le marché du travail au Rwanda.